Forme 6 – Nappe

Ensemble suspendu aux fils de cuivre, est suggéré un déplacement gravitationnel de la clé qui a fonction de contrepoids. La réception statique, encadrée, est mise à mal. Ce n’est donc pas un simple « rapport » de l’un et l’autre terme d’une dualité : lumière-ténèbres, dur-mou, etc. En réponse au lien du bois flotté et de la carte mère, entre lesquels circule une énergie, un mouvement visuel de la clé. Relation d’emprise, avec la nappe et ses connecteurs il s’agit, autant que pour la clé au fil suspendue, d’une induction cinétique à senestre. Autrement dit, de l’amorçage d’un décollement.

IMG-20140718-00175 IMG-20140718-00176 IMG-20140718-00177 IMG-20140718-00178 IMG-20140718-00181 IMG-20140718-00182 IMG-20140718-00183 IMG-20140718-00184 IMG-20140718-00185 IMG-20140718-00186 IMG-20140718-00187 IMG-20140718-00188 IMG-20140718-00189 IMG-20140718-00190 IMG-20140718-00191Jpeg Jpeg Jpeg Jpeg Jpeg Jpeg Jpeg


Une réflexion sur « Forme 6 – Nappe »

  1. Réalisation de deux sculptures.

    1. En s’inspirant du broc de la maison Keller frères (musée des Arts décoratifs de Paris, inv. 997.119.1), c’est-à-dire au moyen d’un procédé traditionnel et par l’emploi d’un matériau qui l’est tout autant, Zuria propose la mise en œuvre d’une sculpture en argent doré à partir de la numérisation de deux objets. Il s’agira de réaliser dans un premier temps une animation montrant le remplacement progressif de la forme du bois flotté de la Nappe par celle du broc de la maison Keller frères, puis de décider, au cours de la transformation qui va du bois flotté au broc numérisés, de l’objet adéquat à matérialiser ultérieurement. Dans un second temps, une fois « kellerisées » les formes courbes du chêne-liège, également dans de la résine ou dans un autre matériau, il s’agira de mouler la carte mère, la « clef », la cimaise de plafond préalablement simplifiée, ainsi que ses crochets de suspension, puis de fondre le tout dans un même matériau. Enfin de polir l’ensemble. La sculpture obtenue est donc entièrement ouvragée en argent doré, et sa partie « bois flotté » désormais intégralement modifiée.

    2. En s’inspirant du broc de la maison Keller frères (« vase bourgeon » du musée d’Orsay, inv. OAO 1284), c’est-à-dire au moyen d’un procédé traditionnel et par l’emploi d’un matériau qui l’est tout autant, Zuria propose la fabrication d’une sculpture en argent blanc martelé, avec traces de vermeil : une fois les deux extrêmités du bois flotté en chêne-liège de la Nappe affinées, en fluidifiant l’ensemble, utiliser comme précédemment les moulages réalisés (carte mère, « clef », cimaise de plafond préalablement simplifiée, crochets de suspension), puis fondre le tout dans un même matériau. Enfin, marteler le « bois flotté » en argent et vermeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *