Forme 27 – Embase

En plus que d’être un prédateur avisé, avec une pupille en W le mollusque est géomètre et les contours sont toute sa vision. À l’instar d’un cadre lumineux contrôlé par la peau, avec ses deux fovéas, la seiche est toujours un animal axé. (L’algèbre de la langue en est au moins là !) Céphalopode, il paraît… Par le jet dont la fonction est de produire un écran entre soi et autrui, son complexe est celui d’un écrivain. Mais au fond, c’est-à-dire « en réalité », n’est-il pas également – si ce n’est avant tout – éclairé par un œil noethérien qui se déplace dans des espaces fonctionnels usuels ?

IMG_1 IMG_3 IMG_5 IMG_7 IMG_9 IMG_11 IMG_13 IMG_15 IMG_17 IMG_19 IMG_21 IMG_23 IMG_25 IMG_27 IMG_29 IMG_31 IMG_33 IMG_35 IMG_37 IMG_39 IMG_41 IMG_43 IMG_45 IMG_47 IMG_49 IMG_51 IMG_53 IMG_55 IMG_57 IMG_59 IMG_61 IMG_63 IMG_65 IMG_67 IMG_69 IMG_71


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *